Vous êtes ici

Mondes connectés : Les Caraïbes, à l'origine du monde moderne

-A A +A

Mondes connectés : Les Caraïbes, à l'origine du monde moderne

La Caraïbe peut être définie comme un espace hautement entrelacé, en raison des innombrables connexions économiques, politiques, sociales, culturelles et humaines qui la façonnèrent. Il s’agit, en effet, d’une région géohistorique homogène issue de l’amalgame d’expériences des territoires insulaires et continentaux. On constate l’ampleur de ce phénomène dans les divers liens, circulations, et contacts qui eurent lieu au sein de l’archipel antillais, mais aussi entre celui-ci et les côtes des terres fermes : de la Guyane à la Louisiane, en passant par le Yucatán, voire même jusqu’aux côtes du Pacifique par l’isthme de Panama et d’autres voies.

Depuis le début de l’époque coloniale, les croisements impériaux et la cohabitation de différents peuples (notamment d’origine africaine, américaine et européenne) donnèrent naissance à des sociétés nouvelles caribéennes marquées fortement, mais non exclusivement, par l’esclavage. C'était par ailleurs une région très difficile à contrôler par les empires coloniaux et puis par les États nationaux, en raison notamment de son caractère maritime ce qui la rendait idéale pour des individus voulant transgresser les frontières politiques (contrebandiers, esclaves fugitifs, corsaires, etc.). Tandis que dans un sens, la Caraïbe en tant qu’espace colonisé se trouvait loin des centres de pouvoir métropolitains, il est devenu le moteur principal du commerce triangulaire atlantique, ce qui donna des ailes au capitalisme européen, modelant ainsi le monde moderne.

Malgré son importance historique, l’espace caribéen continue à être grandement négligé par les études américanistes en Europe ; lesquels, en outre, normalement ne l’étudient que du point de vue desdites sugar islands ; ce qui, d’une certaine façon, empêche notre compréhension de sa grande diversité historico-culturelle. Le projet Mondes connectés a précisément pour but de mettre la Caraïbe au centre de la réflexion historique américaniste et atlantique, tout en élargissant l’échelle d’analyse pour l’étudier dans toute sa complexité.

Le projet est piloté par l’historienne espagnole Consuelo Naranjo Orovio (directrice de l’Instituto de Historia du CSIC), et aura une durée de quatre ans : de 2019 à 2022. Durant ce temps, 84 enseignants-chercheurs de quinze institutions de recherche européennes, caribéennes et latino-américaines différentes, traverseront l’Atlantique pour assurer des séminaires, donner des conférences et faire des enquêtes dans les pays d’accueil. Il s’agit donc d’une occasion rêvée pour renforcer les études caribéennes en Europe, dans les Caraïbes et l’Amérique latine continentale.

Site Internet : 
Responsable de la notice : 
Alejandro GOMEZ, MCF Univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Dernière mise à jour le 04/01/2019 - 14:17