You are here

Appel à communication : Femmes, migration et vieillesse dans les Amériques, XIXe-XXIe siècles

-A A +A

Ce colloque a pour point d’ancrage l’étude des destins de femmes immigrantes dans les Amériques et leurs expériences de dépendance ou d’autonomie face à la vieillesse, la retraite et/ou le veuvage aux XIXe-XXe-XXIe siècles. Au cours de leurs expériences, ces femmes ont souvent fait l’objet d’un traitement discriminatoire et inégalitaire sur le marché du travail, comme travailleuses manuelles, et à domicile, comme femmes au foyer (Gabaccia et al., 2006 ; Ueda, 2006).

Pourtant, l’historiographie récente a mis en exergue le pouvoir d’agir (agency) de ces femmes immigrantes, ces dernières se montrant parfois capables d’acquérir plus d’autonomie (empowerment) dans la sphère publique comme dans la sphère privée. Tout laisse à penser que ces conditions contribuent à leur assurer un bien-être certain au cours de la vieillesse, la retraite et/ou le veuvage. Mais peu d’études récentes ont abordé ces thématiques. Ce colloque se propose donc de faire un état des lieux de ces problématiques. Cette conférence internationale pluridisciplinaire souhaite donner l’opportunité à des historiens, sociologues, civilisationnistes, démographes, anthropologues, économistes et spécialistes en études littéraires ou visuelles, de tous les continents, de croiser leurs sources et méthodes afin de rendre compte des destins d’immigrantes dans les Amériques.

L’approche comparatiste permettra d’éclairer la diversité des expériences de vie de ces femmes, ainsi que l’évolution de leurs destins, de leur agency et de leur empowerment dans le temps (depuis le début du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui), dans l’espace (migration vers et entre les différents pays des Amériques) et à différentes échelles (les sphères privée et publique, le monde rural et urbain, et selon les contextes ethno-raciaux, religieux, culturels).

Aussi ce colloque vise-t-il à mieux identifier comment les femmes immigrantes d’origines européenne, africaine, asiatique ou d’ailleurs ont vécu et vivent leur vieillesse, retraite et/ou veuvage dans les Amériques (du nord, centrale ou sud) depuis le début du XIXe siècle. Les questions sur le niveau d’autonomie ou de dépendance de ces femmes, ainsi que celles sur les modalités de solidarité et de co-résidence entre les générations, souvent observées dans les Amériques (Steven Ruggles, 2011), seront centrales aux discussions. Elles génèreront également d’autres interrogations importantes, comme par exemple : comment ces femmes subviennent-elles à leurs besoins avec l’âge, notamment lorsqu’elles n’ont jamais travaillé et économisé pour la retraite ? Peuvent-elles (ou pas) assumer leur quotidien et par conséquent, avoir (ou pas) davantage de pouvoir d’agir et d’autonomie avec l’âge ? Ou encore, ces femmes immigrantes connaissent-elles des expériences différentes selon leurs origines, appartenance ethnique, religion, culture, et résidence dans les Amériques ?

Site Internet : 
Source de l'actualité : 
Université de Cergy-Pontoise
Responsable de la notice : 
Marie-Pierre Arrizabalaga
Dernière mise à jour le 26/04/2019 - 18:16