You are here

Colloque international Sciences, savoirs et pratiques des déchets. Dialogues entre mondes européens et américains

-A A +A

23 et 24 Novembre 2017
A l’Institut des Amériques (IdA), Paris
60, boulevard du Lycée, 8ème étage - 92170 Vanves

Ce colloque s’intéresse aux déchets comme objets de sciences, de savoirs et de pratiques. En proposant un dialogue entre chercheurs et acteurs français et des Amériques, il interrogera les modalités de construction de la connaissance portant sur les systèmes d’organisation et de représentation des déchets dans les mondes européens et américains. Ce projet cherche notamment à savoir si l’on peut qualifier de « tournant épistémologique » l’intérêt que les sciences sociales manifestent pour les déchets comme objet de recherche mais aussi comme défi pour l’organisation des territoires.

En effet, les résidus ont longtemps été cantonnés au domaine du génie civil et de la médecine lors de leur « invention » comme catégorie de l’action publique urbaine, à la fin du XVIIIe siècle (Barles, 2002). Avec l’essor démographique et urbain ainsi que les préoccupations croissantes pour l’environnement, le développement durable et le changement climatique, les déchets font aussi leur entrée dans le champ des sciences sociales. La diversité des approches retenues souligne une réflexion riche et dynamique. L’essor de la « garbology » (Rathje, 1984) et de la rudologie (Gouhier, 1988) marque les premiers pas vers une approche des résidus comme outils du portrait des sociétés. Ces approches sont devenues consensuelles, au point de servir de base aux analyses prospectives de la production de déchets mondiale (Chalmin, Gaillochet, 2009) et aux recommandations de gestion formulées par de grandes institutions supra-nationales, telles que la Banque Mondiale.

Au-delà de cette approche, le « tournant culturel » (Claval, 2008) pris par les sciences sociales au cours des années 1980, d’abord dans les mondes anglophones puis dans les mondes francophones, a instauré de nouvelles manières de penser aux déchets. En ouvrant la discussion sur les enjeux socio-économiques et environnementaux des cycles de vie et du recyclage à plusieurs échelles, elles permettent un dialogue constructif avec les sciences du génie, portant sur la destination finale des déchets, les dispositifs de récupération et de revalorisation et l’économie circulaire. Par ailleurs, les géographes, les sociologues et les anthropologues ont aussi souligné l’importance des savoirs locaux, des approches émotionnelles et corporelles liées aux déchets (Douglas, 1966 ; Vergara, 2014).

Ces dernières mettent en évidence l’importance de prendre en considération le poids des représentations des déchets ainsi que de leurs enjeux normatifs, culturels et sociaux (Hawkins, 2008) dans la compréhension de leurs lieux et de leurs flux. Les approches en termes de justice environnementale, les lectures post-colonialistes, et en écologie politique (Bennett, 2010), tout comme les analyses qui insistent sur la responsabilité sociale des entreprises ont contribué à éclairer et mieux comprendre les divergences d’intérêt, les enjeux de pouvoir et les conflits qui sous-tendent la gestion des déchets.

En Amérique du nord, l’émergence des « discard studies » (Lepawsky, Liboiron, 2015) constitue une initiative audacieuse et féconde dans la mesure où l’objet rassemble les chercheurs, au-delà de l’approche disciplinaire. En France, en revanche, et dans plusieurs cultures universitaires latinoaméricaines, la question des déchets constitue un objet de dialogue sans que pour autant les approches propres à chaque discipline se dissolvent. En outre, la difficulté à situer les déchets d’un point de vue épistémologique met aussi en question le partage des compétences entre communautés épistémiques. Par exemple, prévenir les effets mal connus de la concentration de certains déchets dans des sites d’enfouissement (exemple des nanoparticules issues des appareils technologiques tels que les téléphones portables) repose autant sur les apports de la biochimie que sur la meilleure compréhension des pratiques de consommation et de mise au rebut. Enfin, ces enjeux ont un impact concret sur l’organisation de la gestion et l’aménagement des territoires des déchets au quotidien. L’incertitude environnementale, les débats autour de l’acceptabilité sociale mais aussi le souci d’avoir des pratiques plus économiques et soutenables engagent les savoirs politiques et l’éthique des pratiques de nombreux acteurs de terrain - gouvernements locaux, associations, entreprises, citoyens, etc.

Ce colloque tentera donc d’appréhender les enjeux méthodologiques, empiriques et théoriques qui sous-tendent les dialogues entre sciences, savoirs et pratiques des déchets. Le partage des expériences permettra de s’interroger sur l’existence de spécificités européennes et américaines dans la manière d’organiser les connaissances sur les déchets. Il aura pour but de mettre en discussion des chercheurs, des artistes et des praticiens issus des mondes européens et américains. Les déchets serviront d’objet-support à une discussion qui portera sur les grandes thématiques transversales suivantes :

1. Les sciences face au déchet
2. Les dialogues entre communautés épistémiques
3. Les circulations entre scientifiques et praticiens
4. Les relations aux savoirs locaux
5. Aménager les territoires des déchets : implications mondiales, historiques et pratiques
6. Les déchets, objet culturel ?

Comité organisateur :

Marcelo Pires Negrão, doctorant en géographie et chercheur associé au Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA, UMR 7227), axe « Grands espaces » (IHEAL-CREDA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3).

Marie-Noëlle Carré, docteure en Géographie,chargée de cours à l’Université de Montréal (Québec, Canada), chercheuse associée au Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA), axe « Villes et métropoles ».

Comité scientifique

Sabine BARLES, professeure d’urbanisme, Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne
Claudia CIRELLI, chercheuse associée en anthropologie et géographie, Université de Tours
Martine DROULERS, chercheuse CNRS en géographie émérite, CNRS.
Bénédicte FLORIN, maître de conférences en géographie, Université de Tours
Myra HIRD, professeure, School of Environmental Studies, Queen's University, Canada
François-Michel LE TOURNEAU, chercheur CNRS en géographie, iGlobes, Tucson – UMI 3157
Baptiste MONSAINGEON, chercheur postdoctoral en sociologie, Centre Alexandre-Koyré
Laurence ROCHER, maître de conférences en urbanisme et aménagement, Université de Lyon 2
Francisco SUÁREZ, professeur en anthropologie, Universidad Nacional General Sarmiento, Argentine

Pour d’autres renseignements : colloquedechets2017@gmail.com

Références

Barles Sabine, L’invention des déchets urbains 1790-1970, Seyssel : Champ-Vallon, 2005, 297 p.
Bennett J., Vibrant Matter: a Political Ecology of Things, Durham: Duke University Press, 2010, 200p.
Chalmin Philippe, Gaillochet Catherine, Du rare à l’infini. Panorama mondial des déchets 2009, Paris, Economica, 2009.
Claval Paul, « La géographie culturelle dans les pays anglophones », Annales de géographie, n° 660-661, 2008, p. 8-26.
Douglas Mary, Purity and Danger, London : Routledge, 1966.
Gouhier Jean, Rudologie : science de la poubelle, Université du Maine, 1988.
Hawkins Gay, Ethics of Waste. How we relate to rubbish, New York : Rowman & Littlefield, 2008.
Lepawsky, Josh, Liboiron Max, “Why Discards, Diverse Economies, and Degrowth?”, Society & Space Open Forum. August 2015. En ligne : http://societyandspace.org/
Rathje William, Household Refuse Analysis: theory, method, and applications in social science, Beverly Hills, CA: Sage Publications, 1984.
Vergara Gabriela, “Emociones, cuerpos y residuos: un análisis de la soportabilidad social”, Revista Brasileira de Sociologia da Emoção, v. 13, n. 37, 2014, p. 43-58

Programme jour 1

9h00 – 9h30 : Table d’ouverture
Marcelo Negrao (CREDA UMR 7227) & Marie-Noëlle Carré (Chercheuse associée au CREDA), organisateurs.
Martine Droulers, directrice de recherche émérite CNRS (CREDA UMR 7227)
Sébastien Velut, vice-président de Relations internationales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

9h30 – 11h25 Axe 4 : Les relations aux savoirs locaux
Modératrice : Laurence ROCHER

▪ « Zéro déchet » et bonheur : d’une communauté de pratiques à un changement de paradigme sociétal (Steve Joncoux, Université du Québec ; Marie Mourad,
Sciences Po. Paris ; Florian Cézard, éQuiNéo)
▪ Things that come and go - household waste prevention activities in southern Sweden (Mimmi Bissmont, Malmö University)
▪ Savoirs locaux et repérage des inégalités liés à la gestion des déchets (Claire Larroque, Université Laval Québec)
▪ Récupérateurs informels et circulations de modèles : les biffins parisiens entre le 19e siècle et l'Amérique du Sud (Hélène Balan, Espaces et Sociétés ESO-Rennes)
▪ Le compost : entre pratique écologique et nouvelles formes d’expression culturelle (Hélène Houdayer, Université Paul-Valéry, Montpellier)

11h25 – 11h35 Pause-Café

11h35 – 13h15 Table ronde : Les circulations entre scientifiques et praticiens
o Modératrice : Bénédicte FLORIN
▪ Christian Mathery (ADEME) : L'approche territoriale sur les déchets
▪ Hervé Defalverd (Maître de conférences, Univ. Marne la vallée) L’économies sociales et solidaire et les déchets
▪ Association artistique Debrouille cie. La dimension artistique des déchets

13h15 – 14h00 Déjeuner sur place

14h00 – 15h40h Conférence plénière : Les sciences face aux déchets
Modératrice : Claudia CIRELLI

o Sabine Barles, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
o Myra Hird, Université Queens de Kingston (Canada)
o Francisco Suarez, Université de Buenos Aires (Argentine)

15h40 – 15h50 Pause-café

15h50 – 17h00 Axe 3 Les circulations entre scientifiques et praticiens (continuation)
Modératrice : Bénédicte FLORIN

▪ Enquiring waste value. The zero waste families pilot project in Capannori (Italy) (Marta Ferri)
▪ Les restes de la Passion : histoire des vestiges et déchets anthropiques sur la couronne corallienne de l’île de Clipperton (Anthony Tchékémian, Université de la Polynésie Française ; Alain Duchauchoy)
▪ Déchets dans le quartier Heyvaert (Molenbeek, Bruxelles) : un parler sur des objets révélateurs de tensions relationnelles (Elisabeth Mareels, Julie Hermesse et Maëlle Vanderlinden Université catholique de Louvain/Innoviris)

17h30 – 19h00 Exposition SUD (Sociétés urbaines et déchets) de photos et apéro.

Programme jour 2

9h30 – 11h10 Axe 2 : Les dialogues entre communautés épistémiques
Modérateur : Baptiste MONSAINGEON

▪ Archeologie des déchets (Claire Besson et Dorothée Derieux, conservateurs du patrimoine au Service régional de l’archéologie d’Île-de-France)
▪ Agnotology, acceptance, and alternative approaches to waste (Stephen A. Herring, Edgecombe Community College, USA)
▪ Creating “scatolic” organizations: A means of scrupulously engaging with waste (Hervé Corvellec Department of service studies, Lund University, Sweden)
▪ Images, présences, fantômes : déchets plastiques et recherche du sensible en terrain vietnamien (Mikaëla Le Meur, Université libre de Bruxelles)

11h10 – 11h25 Pause-Café

11h25 – 13h00 Axe 6 : Les déchets, objet culturel ?
o Modérateur : Mathieu DURAND
▪ Lire les déchets au prisme de la littérature (Lucie Taïeb, Université de Brest)
▪ A Pilgrimage through Waste: Linguistic Kinship and Ethical Tenancy (Susan Morrison, Texas State University, USA)
▪ Ethnographic Findings from a Mediterranean Landscape: Garbage in Anthropocenic Representations (Slvia Lelli, University of Firenze, Italy)
▪ Waste as subversive paradigm: postcolonial histories in the creative maps of Congolese artists Tsimba and Botalatala (Véronique Bragard, Université catholique de
Louvain)

13h00 – 14h00 Déjeuner sur place

14h00-16h00 Axe 5 : Aménager les territoires des déchets : implications mondiales, historiques et pratiques
Modérateur : Jérémie CAVE

▪ Low-tech vs high tech : dialogue entre les modèles européens et latino-américains de gestion des déchets (Mathieu Durand, Université du Maine)
▪ Les déchets militaires. De la conception aux impacts territoriaux (Elodie Charriere et Rémi Baudoui, Université de Genève)
▪ La mise en oeuvre du compostage collectif urbain à Paris : enjeux de légitimation et de traduction entre savoirs locaux (Martin Audran)
▪ Política brasileira de resíduos sólidos: organização da sociedade e do território (Aurélio Ferreira, Marcel Emeric IFRO, Brésil)
▪ L’approche de la gestion de déchets comme registre d’action publique. Réflexions à partir des expériences autour des réserves de biosphère (Francisco Ferreira, UFSC, Brésil)

16h00 – 16h20 Clôture

Dernière mise à jour le 24/11/2017 - 10:56