You are here

Cycle de séminaires « Questionner le(s) patrimoine(s) du nord au sud de l’Amérique »

-A A +A

Entre héritage et processus de patrimonialisation, on s’intéressera à la production matérielle et immatérielle que les populations migrantes produisent dans leurs terres d’accueil, celle-ci étant souvent “invisibilisée”.

Séminaire 1. Patrimoine et populations migrantes dans les Amériques
Le séminaire aura comme but de réfléchir aux traces et empreintes de ces « créa(c)tions » individuelles et collectives des migrants dans leurs sociétés d’arrivée, notamment par la notion de « patrimoine » au sens large du terme. Entre héritage et processus de patrimonialisation, on s’intéressera à la production matérielle et immatérielle que les populations migrantes produisent dans leurs terres d’accueil, celle-ci étant souvent “invisibilisée”. 


Les questions abordées lors de ce séminaire s’articuleront autour de trois axes thématiques : 


• La production matérielle, architecturale et urbaine: l’une des actions les plus récurrentes des peuples migrants a été la reproduction (dans la mesure du possible) d’un cadre bâti rassurant, familier, similaire à celui qui existait dans leurs territoires d’origine. Nos objets d’étude iront ainsi de la construction de logements par les migrants à la création de villages ex nihilo voire d’infrastructures comme les ports. 
• Les manifestations socio-culturelles: l’appropriation de l’espace par les populations migrantes passe aussi par une reproduction des pratiques culturelles (liées à ce que l’on nomme “patrimoine immatériel”). Les processions religieuses italiennes à New York, la fête des morts mexicaine à Los Angeles, la festivité du nouvel an chinois en France, etc., constituent des exemples d’une délocalisation, réinterprétation, reformulation du “patrimoine” immatériel mobilisé ailleurs dans un contexte urbain parfois complétement diffèrent de celui d’origine. 
• Le patrimoine “naturel” et les populations migrantes: cette thématique est généralement abordée du point de vue de la détérioration voire de la destruction de zones classées patrimoine naturel occupées par des populations migrantes. Cependant, il sera intéressant d’analyser dans quelle mesure ces populations contribuent à la conservation et/ou à la bonne gestion de ce patrimoine naturel. 

Dernière mise à jour le 12/10/2017 - 15:58