Vous êtes ici

Soutenance de thèse de Cécile Petitgand - Pôle Brésil

-A A +A

L'Institut des Amériques a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Cécile Petitgand, coordinatrice du Pôle Brésil, qui se tiendra le mercredi 11 juillet à 14h30 à l’Université Paris-Dauphine en salle D520.

Sa thèse s'intitule :

La gestion émancipatrice des entreprises sociales : étude ethnographique d’une organisation du secteur de la mode à São Paulo (Brésil)

Elle a été réalisée dans le cadre d’une co-tutelle entre l’Université Paris-Dauphine et l’Université de São Paulo (FEA-USP), sous la direction des Professeures Isabelle Huault et Graziella Comini.

Le jury de sa thèse, qui est franco-brésilien, est composé des personnes suivantes :

Prof. Amina Béji-Bécheur, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (Rapporteure)
Prof. Gazi Islam, Grenoble Ecole de Management (Rapporteur)
Prof. Véronique Perret, Université Paris-Dauphine
Prof. Andrea Leite Rodrigues, Universidade de São Paulo (EACH-USP)
Prof. Zilma Borges de Souza, Fundação Getúlio Vargas de São Paulo

Un pot de thèse sera organisé au terme de la soutenance. Il se tiendra à l’Espace d’accueil de l’Université (7ème étage, Aile A) à partir de 18h. 

Merci de confirmer votre venue en envoyant un mail à pole.bresil@institutdesameriques.fr

Résumé de la thèse: 

Cette recherche porte sur la gestion émancipatrice mise en œuvre par les entreprises sociales en vue de libérer leurs bénéficiaires – les populations « cibles » de leurs actions – de la pauvreté et de l’exclusion. Nous nous intéressons au cas particulier d’une entreprise sociale brésilienne, localisée dans la ville de São Paulo, dont la mission principale est de former des couturières et des artisans de quartiers populaires pour les intégrer au marché de la mode en tant qu’acteurs professionnels et autonomes.

Reposant sur une étude ethnographique de près de dix-huit mois, cette thèse met en évidence la nature ambivalente des pratiques de gestion des entrepreneurs sociaux, en démontrant leurs effets à la fois libérateurs et oppressifs sur leurs bénéficiaires. En s’appuyant sur la théorie de l’émancipation développée par le pédagogue brésilien Paulo Freire, une référence décisive pour les entrepreneurs sociaux, cette thèse se propose de porter un regard critique sur le projet émancipatoire des entreprises sociales.

Elle vise ainsi à apporter trois types de contribution à la littérature sur l’entrepreneuriat social.

Sur le plan méthodologique, tout d’abord, cette étude met en avant la richesse d’une approche ethnographique interprétativiste et processuelle pour cerner toute la complexité des pratiques quotidiennes des entrepreneurs sociaux.

Sur le plan théorique, ensuite, cette thèse replace au cœur du débat académique la question des relations entre entrepreneurs sociaux et populations locales, en faisant de ces dernières des acteurs centraux pour juger le potentiel émancipateur de l’entrepreneuriat social.

Enfin, sur le plan de la pratique, cette étude propose de rénover la formation des entrepreneurs sociaux afin de redonner toute sa place aux thèmes du pouvoir et de ses déséquilibres, au sein du cursus des futurs praticiens de l’entrepreneuriat social.

 
Dernière mise à jour le 11/07/2018 - 15:33