Le pôle Cône Sud naît au printemps 2018 d’un accord de partenariat passé avec l’Institut Français en Argentine et la Universidad de Buenos Aires portant sur l’accueil d’une antenne de l’IdA au sein du Centre Franco Argentin des Hautes Études (CFA). Depuis 1996, ce centre met en dynamique les acteurs académiques français et argentins pour renforcer la coopération scientifique et universitaire entre les deux pays. Associé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et à l’Université Paris Sorbonne, le CFA joue aujourd’hui un rôle majeur dans la valorisation de la recherche française dans tous les pays du Cône Sud.  Au titre de la valorisation de la recherche, des conférences, séminaires, colloques et autres activités académiques sont régulièrement organisées en synergie avec les partenaires locaux et postes de la coopération scientifique et universitaire française dans le cône sud afin de favoriser les échanges scientifiques. Ainsi depuis 2019 est organisée la journée doctorale France-Amérique latine, afin de promouvoir les échanges académiques et scientifiques entre jeunes chercheurs et chercheuses de France et du Cône Sud.  Chaque pôle international étant renouvelé tous les trois ans, ce pôle fera l'objet d'un appel à contrat doctoral en 2025, 2028 et 2031.

Découvrez la thèse en 180 secondes de Marjolaine David, coordinatrice du Pôle Cône Sud (2022-2025), doctorante à l'Université Bordeaux-Montaigne.

Sujet de thèse : "Cartographie des activismes de rue transféministes. Réseaux affectifs, circulation et mutations des formes : une archive vivante depuis la ville de La Plata (2015-2022)" sous la direction de Cecilia Gonzalez Scavino (Université de Bordeaux Montaigne) et Ana Longoni (UBA)

Depuis 2015, la massification des mobilisations de femmes et féministes en Argentine, avec notamment le mouvement "Ni una menos" et la campagne pour le droit à l’avortement légal, s’accompagne d’un renouvellement des répertoires de lutte traditionnels. Précédent cette intensification régionale des mouvements féministes, les activismes sexo-génériques prennent position depuis les années 2000 dans le territoire politique en utilisant des procédés artistiques, graphiques et performatifs. Se déployant majoritairement dans les espaces publics, ces formes de lutte sont des moyens de résistance au système hétéropatriarcal et au paradigme néolibéral en tant qu’elles inventent des processus de subjectivation et de socialisation alternatifs et dissidents. Par la mise en place d’une recherche-action, Marjolaine David étudie les interventions de rue transféministes de la ville de La Plata en interrogeant les réseaux affectifs qui les stimulent et leur relation avec les pratiques normatives de l’espace urbain. En lien avec les activistes, elle élabore une archive des peintures, collages, pochoirs, murales, graffitis, et installations de rue de l’histoire récente et contemporaine de la ville dans le but de créer une cartographie décentrée des traces laissées par les corps en mouvement, permettant de faire apparaître les énoncés, représentations et imaginaires marqués dans le tracé urbain.  Depuis les champs des études de genre et des études culturelles, il s’agit ainsi de réfléchir à la diffusion, la circulation et l’étude des modes de luttes transféministes selon l’idée de l’archive vivante, construisant des réflexions au croisement des milieux activistiques et de la recherche scientifique.

Contacter le pôle :

conesud@institutdesameriques.fr

Consultez les sujets de thèses des anciennes coordinatrices du pôle

 

Camille LAURENT (coordinatrice de 2019 à 2022), Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

« Les pratiques de construction des communautés dans les forêts sèches du Chaco argentin entre nécessité de repenser la "résistance" à l'extractivisme et influence des acteurs internationaux du développement » sous la direction de Pierre GAUTREAU et de Lorenzo LANGBEHN

Anciennement pôle Mercosur (implanté à la Fundacion Polo Mercosur à Montevideo):

Lucas MORINIERE (coordinateur de 2016 à 2019), Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
« L’universalisme constitutionnel – une contribution à la théorie postmoderniste de la Démocratie. » sous la direction de Dominique Rousseau et de Roberto Gargarella. 

 

Elena TARDITI (coordinatrice de 2013 à 2016), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 
« La clause démocratique : un instrument efficace pour la protection de la démocratie au sein des pays membres de l’Union des Nations Sud-américaines (UNASUR) ? » sous la direction d'Olivier Dabène. 

Bertrand LE FUR (coordinateur de 2011 à 2014), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 
« L’agenda positif du MERCOSUR : La réduction des asymétries et les politiques publiques régionales » sous la direction d'Yves Surel.

 

31 résultat(s)